GESTION DE CRISEÉ

 

Les temptes de la dernire semaine de dŽcembre ont perturbŽ dans les deux sens les retours des vacanciers et des Bell”lois et mme fait bŽnŽficier des voyageurs dĠune triple traversŽeÉ.

 

La presse sĠest fait lĠŽcho en particulier de lĠinquiŽtude des passagers et de lĠengorgement de Palais par les voitures des Ç partants È du samedi qui sont venus sĠagglomŽrer avec ceux du dimanche Éet de la nŽcessitŽ de faire intervenir la gendarmerie et la police.

 

La Compagnie de son c™tŽ a organisŽ les dŽparts en fonction de la mŽtŽo dans lĠordre des annulations. Mais tout un chacun voulait savoir quand il passerait et la foule se pressait dans le hall de la gare ˆ la recherche dĠinformations. Le personnel au guichet faisait de son mieux pour rŽpondre mais dans des conditions difficiles, comme cĠest toujours le cas dans ces situations. Tout le monde passait un bien mauvais dimanche.

 

Les tŽmoignages que nous avons recueillis faisaient Žtat uniquement de lĠinsuffisance de la communication de la Compagnie vers les usagers. Ces derniers Žtaient en effet avisŽs par SMS de la suppression de leur bateau, mais nĠavaient pas dĠautre information, dĠo le mouvement de foule vers les guichets et la venue des voitures ˆ des heures o il Žtait certain quĠelles ne passeraient pas la mer.

 

Il nous semble quĠavec les technologies actuelles le premier SMS pouvait prŽciser : Ç bateau supprimŽ - ne venez pas sur le quai attendez un autre message È et au moment prŽvu un deuxime SMS Ç prŽsentez-vous ˆ XX heure È. Ces ŽlŽments rassurants auraient  pu Žviter un stress gŽnŽralisŽ.

Le personnel de la gare a donnŽ son temps et a fait tout son possible avec les moyens dont il disposait. Et la dŽcision de renforcer et amŽliorer la communication par messages et sur le site de la compagnie relve de la responsabilitŽ du PrŽsident qui donne aux gestionnaires de la gare les directives et surtout les moyens dans ce sens.

 

CĠest pourquoi, le RITM (dont lĠUBED fait partie) a dŽcidŽ aprs consultation de ses administrateurs, et dans lĠintŽrt de tous, dĠŽcrire au PrŽsident de la Compagnie OcŽane pour  lui proposer de revoir lĠaspect Ç communication È du plan de gestion de crise, qui semble actuellement limitŽ ˆ la rŽorganisation de la chronologie des passages mais ne prend pas assez en compte ˆ notre sens cet aspect essentiel quĠest lĠinformation Ç sereine È des usagers.

 

Nous attendons sa rŽponse.