En gare maritime de QUIBERON, le 20 mai, l'association CCT, composŽe d'insulaires, de rŽsidents secondaires morbihannais et d'associations de Belle-Ile fŽdŽrant notamment nombre d'acteurs Žconomiques, a fait procŽder ˆ un constat d'huissier ˆ 3 h.et 8 h. du matin (autorisŽ par le tribunal de commerce de Lorient), pour vŽrifier les mŽthodes de contr™le et de tarification du transport des marchandises par la Compagnie OcŽane.

 

Ce constat met en Žvidence des moyens empiriques de pesŽe, "ˆ vue de nez", sans matŽriel homologuŽ et au bon vouloir du transporteur maritime. Pour GROIX, HOUAT et HOUEDIC il n'existe mme aucun matŽriel de pesŽe de sorte que les commerants et artisans sont totalement soumis ˆ l'estimation discrŽtionnaire et approximative du transporteur.

 

On s'interroge sur les possibles actions judiciaires civiles et pŽnales qui pourraient sanctionner ces pratiques  susceptibles de nuire ˆ la loyautŽ, aux rgles de la concurrence, ˆ l'Žquilibre des Žchanges commerciaux et plus gŽnŽralement ˆ l'activitŽ Žconomique des ”les clairement "prise en otage" par la Compagnie OcŽane. Celle-ci semble trs mal ˆ lĠaise puisquĠelle vient de saisir en urgence la justice pour tenter dĠempcher lĠutilisation et la diffusion de ces constatations dŽrangeantes qui semblent avoir fait Ç mouche È.

 

LĠaudience devant le tribunal de commerce est prŽvue le 11 juin.