RĉVE DE MOULIN OU MOULIN DE RĉVE ?

 

JĠai rvŽ dĠun moulin dont les ailes tournaient au-dessus de champs de blŽ prometteurs dĠune riche moisson, et dĠun va et vient dĠ‰nes apportant ou rapportant des sacs de grain ou de farine : spectacle enchanteur, bucolique.

 

Comme on comprendrait le projet  dĠun homme amoureux du passŽ qui chercherait ˆ redonner vie ˆ cette image en ressuscitant une activitŽ ancestrale !

 

Voilˆ ce quĠon pourrait voir si un vieux moulin retrouvait vie mais on peut craindre que ce rve bucolique ne reste quĠun rve.

 

Mon rve en effet prit bient™t un tour mŽlancolique. Je ne voyais pas dĠ‰nes mais –des tracteurs, et prs du vŽnŽrable b‰timent stationnaient des cars.

           - Bien sžr ! Il faut des cars, me dit un personnage faisant irruption dans le tableau - Je suis le restaurateur, prŽcisa-t-il, et il poursuivit : cet amour du passŽ que jĠŽprouve, il faut bien le faire partager, jĠamnerai donc des visiteurs. Et je serai deux fois restaurateur car jĠouvrirai un restaurant. Mais oui, insista-t-il en voyant mon Žtonnement, il y aura un restaurant. Comme chacun sait, tous les moulins de jadis Žtaient flanquŽs dĠun de ces Žtablissements dans lesquels le meunier invitait ses clients ˆ sa table. Et aussi, au restaurant, toujours dans la tradition meunire, sĠadjoindra un h™telÉ

 

Me voyant de plus en plus perplexe, le ressusciteur voulut se justifier :

           - Ç  Ben oui  dit-il, moi, a me cožte des sous de rapetasser ce moulin, faut bien que je mĠy retrouve. DĠailleurs jĠai parlŽ dĠun restaurant de quelques couverts, mais il est bien Žvident quĠil mĠen faudrait davantage, et des chambres aussi, on va faire le nŽcessaire. È

           -  Faire davantage, pourquoi ? Votre moulin, il va moudre du grain, vous en tirerez bŽnŽfice. Mais, au fait, ce grain, vous le trouverez o ? Il a ŽtŽ question de quatre cent mille boisseaux de farine, il vous faudrait cultiver une surface de cinquante hectares de  blŽ – tous les ans, donc cent cinquante hectares puisque les cultures doivent tourner. CĠest beaucoup pour iciÉ

           - JĠirai chercher le grain ailleurs.

           - Oui, mais je me suis laissŽ dire que la restauration de ce moulin Žtait financŽe  - avec les imp™ts  - en vue dĠencourager lĠagriculture locale, si vous allez chercher votre grain ailleurs quĠici quel est lĠintŽrt pour lĠagriculteur dĠici ?

           - En fait, ce qui mĠintŽresse, ce nĠest pas tellement le moulin, ce sont les visiteurs. Les visiteurs, cĠest bien plus productif quĠun moulin. Je ne vais tout de mme pas  me compliquer la vie ˆ gratter la terre alors quĠil me suffit dĠamener les gens ˆ ouvrir leur portefeuille. È

 

Mon rve tournait au cauchemar. Plus de champ de blŽ. Un h™tel-restaurant, des cars de touristesÉ

Ce moulin devenait un simple dŽcor, ou un faux moulin dĠo, ˆ lĠinstar de celui de Ma”tre Cornille, on ferait bient™t sortir des sacs de pl‰tre, pour donner le change.

Ainsi sĠachevait ce rve bucolique, pas de mŽcne pour le vieux moulin, il servait de toile de fond ˆ une gargote et, toutes ailes dehors, sombrait dans la limonade.

 

Venait le jour o tout cela ne marchait plus, on revendait - fort cher – lĠh™tel, le restaurant –et le vieux moulin se rendormait.

 

                                                                                                                                                                            Jean Daumas-BŽdex