ENERGIE… très… renouvelable

 

 

13 NOVEMBRE 2015 : TROIS PALES ET UN ROTOR CHUTENT DE LEUR MÂT DANS LA MEUSE

 

 

********************

 

Prolifération de l’éolien industriel porté par des lobbies qui s’abritent hypocritement derrière de vertueuses considérations écologiques

 

Je rappelle que le projet de 6 grandes éoliennes sur Belle-Ile en 2001 était porté par le même promoteur que le lotissement Pénécam, dont l’objectif était  "se créer son propre emploi" (je cite) et qui se ne se souciait pas plus de considérations écologiques que de son premier bavoir.

Et anti-éolien n'est pas synonyme de pro nucléaire.... argument simpliste pour plaire aux foules (opposant BIEN/MAL) mais bien utilisé par les vendeurs d’éolien pour faire avaler la nécessité impérieuse de couvrir le pays de ces mâts en en augmentant le nombre au fur et à mesure que la population et les besoins augmentent. Sur ce point il est politiquement incorrect d’imaginer un ralentissement de la croissance démographique. Alors, c’est quoi, l’écologie ? On ose bien parler d’espèces végétales ou animales invasives… Et de milieux en équilibre écologique…

Donc bon placement d'avenir pour ceux qui vendent de l’éolien.  Evidemment c'est joli, pour ceux qui vont les voir en touristes et ensuite rentrent chez eux bien loin de leurs nuisances... réelles celles-là. Et c'est si rigolo quand une se casse en deux, brûle au sommet ou perd une pale...  (quelques photos ci-dessous).

 

:::::::Desktop:lichtenau.jpg:::::::Desktop:crash7.jpg:::::::Desktop:crash6.jpg:::::::Desktop:crash2.jpg

 

Et ce serait si utile de calculer OBJECTIVEMENT l'impact énergétique et environnemental de leur fabrication, de leur pose transport compris : tonnes de béton et de métal, systèmes électroniques et électriques à fabriquer transporter monter, hélicos pour déposer au sommet les ouvriers de la maintenance, et enfin l'impact de leur déconstruction 10 ou 15 ans après..... quand elles sont mortes, car elles meurent. Tonnes de déchets à recycler ou enfouir. paysages dévastés par les engins de chantier.  Mais ça on ne le calcule pas  : ce n'est pas politiquement correct non plus, car on arriverait à démontrer que l'énergie consommée et l'impact environnemental ne sont pas compensés par le "gain" en production d'électricité soi-disant non polluante.  

Et malheureusement, la préservation de l’environnement ne passe pas uniquement par les économies d’énergie et les énergies renouvelables ; il faudrait OSER s’attaquer au développement immaîtrisé de la production de déchets, de la pollution des sols et de l’eau et de l’air. Cela met en jeu tellement d’intérêts financiers internationaux qu’on restera dans les mesurettes à usage local et limité et qu’on ne s’attaquera pas à ce qui tue la planète. (on ne parle jamais des gros pollueurs et on propose des voitures électriques qui consomment …. de l’électricité produite comment ??? )

Ce qui n’empêche pas de les prendre,  ces mesurettes  ça fait du bien à la conscience de chacun.

Pour en revenir à l’électricité, commençons donc par prendre en main NOS économies d'énergie et NOS moyens individuels d'en produire pour NOTRE usage personnel - et non pour la revendre à EDF puis la racheter à EDF en tant qu'abonné. Les futurs PLU prendront en compte les installations de production individuelle d’électricité et de chauffage, de récupération d’eau, de recyclage des déchets….

 

Micheline Daumas

 

Les phases de la construction  d’un parc éolien. (document Power Point)

 

Le placement qui a le meilleur rendement : l’éolien. Ceci explique que le lobby des fabricants et exploitants soit actif.

 

Et pourtant…. (document Power Point).

 

Dernière minute : recette du poulet à l’éolienne

 

 

 

recours contre le schéma régional eolien

de bretagne

18 associations, 2 fédérations nationales,

 

novembre 2012

 

20 associations dont deux fédérations, 4 associations nationales et 13 particuliers introduisent un recours contre le schéma régional éolien (sre) de Bretagne.

 

l’ubed fait partie des 20 associations.

 

DEPECHE

Schéma régional éolien : recours de 20 associations bretonnes et 4 associations nationales

Publié le 21/03/13 8:49 par Anne-Marie Robic

Agence Bretagne presse

 

[Bretagne] —20 associations bretonnes dont une fédération de plus de 1000 adhérents, rejointes par Paysages de France, la SPPEF (société pour la protection des paysages et de l'esthétique de la France), la Ligue Urbaine et Rurale (LUR) et Patrimoine Environnement, ont déposé un recours en annulation contre le schéma régional éolien breton.

 

Le SRE élaboré conjointement par l'Etat et la Région et adopté par l'arrêté préfectoral du 28 septembre 2012 devait définir les zones favorables et défavorables à l'éolien en Bretagne. Or, exception faite des zones interdites pour contraintes et servitudes techniques (aéroports, radars), le schéma est resté muet. Le document signé par le préfet se clôt sur la liste des communes favorables à l'implantation des machines : elles y sont toutes ou presque. Sur les 1260 communes de la Région, seules 84 en sont exclues. C'est un document de 112 pages dont 18 de photos d'éoliennes en pleine page. L'essentiel est traité en 5 pages.

 

Si le SRE prétend respecter « une zone interdite à tout éolien » dans « un périmètre étendu du Mont St Michel, classé au patrimoine mondial de l'UNESCO », cette affirmation est contredite par la liste des communes situées en zones favorables. Qu'en est-il des autres paysages emblématiques : Fréhel, Erquy, St Malo, les mégalithes de Carnac, la presqu'île de Rhuys, les monts d'Arrée, la forêt de Brocéliande, les Montagnes Noires notamment ? Ils sont ignorés. Quant à Locronan, Moncontour, Malestroit, Bécherel, petites cités de caractère, elles font aussi partie des communes favorables au développement de l'éolien.

 

Que dire de la concertation ? Plusieurs associations qui ont participé aux réunions d'élaboration du schéma régional éolien sont dépitées. Les débats qui se sont tenus à Rennes n'ont obtenu aucune écoute, le schéma étant déjà fin prêt. Quant à consultation du public ? Elle s'est faite sur internet du 22 février au 22 mars 2012 et soit disant en sous-préfecture et préfecture. Encore fallait-il en avoir connaissance. Si nous lisons les avis déposés sur le site de la Région, nous n'en comptons que 9. Et la consultation des communes ? Elle s'est déroulée en juillet et août 2012. Un grand nombre d'entre elles, mal informées par un mail de la DREAL qui est bien souvent passé à la trappe, n'ont pas pu réunir leur conseil en période estivale. Le pourcentage de réponse est de 8,6 % … !

 

Malgré cela nous lisons dans l'arrêté préfectoral que « la phase de consultation du public et des organismes concernés n'a pas soulevé d'observations et d'avis de nature à remettre en cause son contenu ».

 

Aussi dénonçons-nous ce SRE non conforme à la loi Grenelle 2 et à son décret d'application qui exigeait des régions un effort de réflexion et de planification pour définir les zones favorables au développement éolien et le potentiel qu'elles peuvent offrir, de même que nous dénonçons les simulacres de participation et concertation des associations, et de consultation du public et des communes.

 

Face aux 9 avis formulés par le public lors de la consultation dont se satisfait l'arrêté du 18 septembre 2012, s'élève la protestation de plus de 12 000 adhérents participant à ce recours.

 

Le premier schéma éolien annonçait que les 1000 MW (700 machines environ) couvriraient 7% de la consommation bretonne. En réalité, à ce jour, elle n'en couvre que 4 %. Les 2500 MW prévus par le SRE à l'horizon 2020 permettraient d'en couvrir à peine 10 %.Devons-nous poursuivre dans ce sens, au prix du saccage de nos paysages et de vies humaines sacrifiées ?

 

 

23 OCTOBRE 2015 LE TRIBUNAL ANNULE L’ARRÊTÉ PREFECTORAL

LA COUR ADMINISTRATIVE D’APPEL DE NANTES CONFIRME CE JUGEMENT LE 18 AVRIL 2017

 

Le ministère s’est pourvu en cassation

 

 

 

Noter :

Octobre 2014

Un amendement adopté en pleine nuit aménage la loi Littoral afin de faciliter l’implantation d’éoliennes dans les zones littorales.